Diamant sur canapé

19 01 2008

Retrouvailles virtuelles

Je l’ai retrouvé sur Facebook, un peu comme l’ex voisin de buvard au CP sur qui je louchais pendant les dictées, ou la copine de danse qui refusait de partager ses goûters et qui aujourd’hui travaille dans une boîte de comm’ à lâcher des « no way » à chaque fin de phrase. Facebook ça sert aussi à retrouver les exs, et à me rappeler de manière assez perverse qu’il y en a bien une demi douzaine dont je me serai passée. Mais cet ex-là, c’est plus qu’un ex, c’est le premier Ex. Vous savez celui-ci avec lequel vous avez usé les bancs du lycée, massacré les arbres de la cour avec vos initiales au compas, et qui vous a griffonné des « je t’aime » sur toutes les tables de la salle « K » en philo lorsque l’essentiel de vos échanges se faisaient par le biais d’une copie double perforée.

J. (1999-2000) et moi étions ZE couple de Terminale, ceux par qui le scandale arrivait, lorsque nous nous disputions et que c’était la guerre des tranchées ; nous prenions chacun un rang opposé dans la classe, et les trousses volaient au-dessus des têtes pour signifier à l’autre notre mécontentement. J. c’était ma belle époque à moi, lorsque je pensais tout savoir sur l’amour, et que j’avais des supers théories bien rodées sur les hommes, les femmes et les couples. (merde, j’ai pas changé !)

C’était mon double, mon alter ego, celui qui me faisait découvrir les écrivains contemporains et me faisaient regretter les anciens, c’était mon Homme, à la galanterie chevaleresque, qui se faisait porter pâle pour aller à l’infirmerie me ramener de l’aspirine, ou qui se prenait des avertissements pour retard, parce que comme toutes les jeunes filles de 17 ans j’étais hypoglycémique et j’avais des envies de M&M’s, de Smarties, de gommes au sucre…

J. c’était mon dernier homme juste avant mon premier portable, qui m’appelait des heures sur le fixe de la maison, et qui discutait avec sérieux du dernier sujet de philo, tout en m’assurant qu’après le bac, nous ne nous quitterons jamais.

Retrouvailles réelles

On a décidé de nous revoir. Il rentrait au Maroc quelques jours, et nous avions prévu de se caser un dîner, mais nos emplois du temps respectifs nous empêchaient de nous voir plus de trente minutes. Alors j’ai pris ma voiture, et je lui ai passé un coup de fil « Descends, je suis en bas »… 8 ans sans nous voir.

J’ai retrouvé un homme, plus grand, plus fort, à la carrure imposante, au regard apaisé et moins fou. J’ai retrouvé cette tendresse, cette même infinie tendresse qu’il dégageait à ma vue et qui me donnait des frissons, c’est comme si nous avions encore des « droits » l’un sur l’autre.

Nous marchâmes un peu dans Gautier, un peu perdus, nous voulions discuter mais nous n’avions pas le temps de prendre un café, je parlais peu, je l’observais, je trébuchais sur mes mots, il avait laissé un monstre de confiance, une amazone, une petite rebelle de la récré et il retrouve une femme… fatale ? Différemment.

Il passait sa main dans mes cheveux, et j’ai retrouvé cette façon de poser ses doigts sur ma joue, sur le côté, un peu en biais, comme pour lever le rideau qui recouvre mon âme, ou mon coeur… Il me résumait ses années, moi j’édulcorais pour lui éviter de ressentir la douleur des miennes.

Nous marchions dans ces rues exigües mais nous avions besoin d’être l’un face à l’autre, pour nous voir, chercher ce qu’il reste de ce que nous savions l’un de l’autre, retrouver une expression de visage, une tonalité de voix…

Diamant sur canapé

Nous nous retrouvâmes dans une petite place bordée de rues derrière le Kasbar, un vendeur de canapés mettait ses livraisons sur le trottoir, pour charger sa camionnette. Nous étions de ces amants qui voyaient des signes dans tout, de la symbolique dans chaque acte, et de la magie dans chaque mot. Nous savions que le hasard, c’était Dieu qui voyageait incognito.

Ce canapé pour deux, rose pâle, trônant dignement sur un trottoir du quartier Gautier nous attendait…

*Scène surréaliste.*

Nous prenions place le plus naturellement du monde, tandis que nous devisions sur nos vies respectives, sur ce que nous sommes devenus, sur les promesses que l’on a fait aux adolescents que nous étions, et comme le bilan était de rigueur, il retrouva une femme un peu blasée, au regard presque triste et nostalgique, je retrouvais un homme accompli, prêt à sauter à pied joint dans sa carrière. Il me parlait de son nouveau pays d’adoption, de son travail, de sa petite amie, de ses parents restés au Maroc.

Je voyais ces années défiler en kaléidoscope dans ses mots, nos vies ayant pris des chemins parallèles, mais nos racines dans le même pot, ce même terreau fertile de gosses éveillés, curieux, insouciants mais profondément adultes.

Nous étions bourrés de rêve, je crois qu’il a remarqué que je n’en ai presque plus. Nous étions bercés de belles illusions, je crois qu’il a vu que j’ai perdu cette patience, nous avions pour mot d’ordre une soif perpétuelle et pour promesse de l’assouvir… Je crois que là il a remarqué que j’ai toujours soif dans mon désert….

Je lui parlais du désert affectif que je traversais, des débiles que je croise et qui ne jalonnent pas ma vie, des erreurs que j’ai faites, de cet ex douloureux qui a détruit quelques échafaudages, il m’écoutait et je sentais son indicible envie de me retrouver de me protéger.

Le gars des canapés est venu, il nous a fait savoir que son canapé était à vendre, et puisque désormais il connaissait tout de nos deux vies autant l’emmener chez *nous*.

Nous avons beaucoup ri, le « chez nous » existe, dans nos souvenirs, dans la photo de classe, dans le gros paquet de copies doubles perforées signées J. que j’ai encore dans mon fameux tiroir.

Le « chez nous » existe dans le souvenir de ceux qui nous ont connu ensemble, nos camarades de classe, nos profs qui nous regardaient médusés jouer au couple adulte, le « chez nous » enfin c’est ce qu’il m’a légué ; ce que j’ai appris à ses côtés, ce que j’ai appris de moi à son contact.

A toi.

Publicités




Flattées!

10 01 2008

Nous avons été nominées dans la catégorie « Meilleur blog collaboratif » du Maroc Blog Awards 2008 qui est l’évènement blog de l’année.

Nous ne nous y attendions pas du tout et nous remercions tous ceux qui ont proposé notre blog dans cette catégorie.

En ce moment se déroule la phase finale des votes pour désigner les meilleurs blogs dans près d’une vingtaine de catégories. Si vous n’avez pas encore voté, il suffit de cliquer ICI !

N’hésitez pas à découvrir les blogs proposés, certains sont de vrais petits bijoux de blogs.

                  LES CASALLYWOOD





Plouc-la-ville : Episode 2, Le retour…

7 01 2008

Cretin.fr

Prolégomènes : Pour comprendre l’épisode 2, il faut impérativement avoir lu le pilote! . Je décline toute responsabilité quant à la compréhension du dialogue qui va suivre.

Un soir de décembre sur Facebook :

Plouc-la-ville : COMMENT VAS TU?
GROS BISOSU

Moi : Coucou toi !!
comment va?

(entre moi et moi : Nariii il m’a retrouvé! Qu’est ce que je peux bien lui dire de plus, j’ai rien à lui dire!)

Plouc-la-ville: SUPER TRES BIEN !!!LE MOIS DE EDC TRES COMPLIKE TOUS MES CLIENTS VEULENT LEURS COMMANDE AVANT LES FETES C EST BOULOT MAISON NON STOP
ET TOI KOII DE NEUF?
C EST KOI TON MSN?

(« Super très bien »!!!?? j’aurai pu tenir le coup quelques semaines et faire de la lutte contre l’analphabétisme! Parions qu’il va me parler de Madrid!)

Moi : Pareil de mon cote, boulot et maison et le we je file a marrakech. Je n’utilise jamais MSN 🙂 Tu voyages pour les fêtes?

Plouc-la-ville : JE PARS A MDRID AVECX MOURAD ET SA FEMME DU 26DEC AU 2 JANVIER . QD J AI UN MOMENT LE WEEKE DN J ESSAYE LE PLSU SOUVENT D ALLERA AMDRID CA ME PERMET DE ME RESSOURCER
NOTRE WEEK END A MDRID TIENT TOUJOURS AU FAIT!!

Plouc-la-ville : J AIMERAIS BIEN TE REVOIRE VRAIMENT

(Et voilà! Ca n’a pas raté il me sort Madrid! Par contre la prochaine fois que je suis sur le point de sortir avec quelqu’un, je fais faire d’abord un entretien écrit!)

Privacy – Block People.

You blocked Plouc-la-ville.





Casallywood Gourmet

6 01 2008

C’est connu, à plus de 25 ans, on ratisse plus les boîtes casablancaises comme des forcenées, tout ceci est révolu. La coupure a été nette, tranchante, sèche. Du jour au lendemain et sans crier gare, nous sommes passées du statut glamour de joyeuses fêtardes, à celui de smooth-cooconners. La Trans’deep’house’electro nous a poussé dehors, certes, nous apprécions quelques gros tubes house commerciaux, mais nous n’arrivons pas à subir ses assauts toute une nuit durant. Alors, fortes de notre nostalgie pour les Destiny’s et autres RnB de l’époque où nous étions Reines en nos seigneuries, nous nous rabattons aujourd’hui sur ce que nous savons faire de mieux : Choisir, noter, discuter, et trancher, le sort de nos palais.

Il y a les incontournables, en tête de gondole, « Chez Vignault » et le « Bistronome« , le premier en général à midi, pour des ravioles aux cèpes, et le second le soir pour une bavette et une frangipane. Dans la même famille, une « Bavaroise« , dont la réputation n’est plus à faire, ou une Toscana célèbre au service impeccable.

Lire le reste de cette entrée »