Orgasme et système d’exploitation

25 12 2007

 » L’orgasme féminin c’est comme un puissant O.S qui a besoin de RAM dédiée, pour y arriver il faut vider le cache, ne pas faire du multitasking, et ne penser à rien… »





Guérisseuses

24 12 2007

Pendant que Chardrakanta se dore la pilule en République Dominicaine, et que Eshadesyr file le parfait amour avec son Homme, Casallywood a des allures d’espace abandonné par ses amazones. Kali se prend toujours pour une déesse et s’en va-t-en guerre contre les « fils à môman » qui n’ont pas coupé le cordon ombilical avec leur génitrice, et moi, j’éprouve moins le besoin de toucher des réalités en écrivant.

Le mien est impérieux, brillant, inépuisable. Il m’a accroché dans les filets de sa séduction. Une séduction patiente, discrète mais acharnée sans que je n’eus jamais à réaliser que celui qui m’était le plus cher m’aimait tout court.
Certains hommes sont des trappes où l’on trébuche, il en fait partie, et je fus aussitôt magnetisée par sa présence silencieuse et assourdissante à la fois, son aura virile et son caractère determiné. Du temps où nous étions amis, je posais sur lui un regard assexué et chaste.
Aujourd’hui la réalité est toute autre, il n’est plus mon meilleur ami, il est bien plus : mon meilleur ennemi… mon Homme.
Par crainte de faire subir à notre amitié l’érosion irréversible des sentiments, nous n’avons jusque là jamais osé se laisser aller à plus. Nous avions tort.
IL en demeurait tout de même à mes yeux, le plus attentionné, le plus fort, le plus intelligent.

Le décevoir serait une tragédie, et être avec lui est la consécration de ma seule théorie valable sur les relations de couple : Pour durer il faut admirer.

J’admire donc! Captivée par son extraordinaire capacité à m’émasculer, m’enlevant tout excès inutile de testostérone mal placé. Il provoque insouciance et abandon : les clés de voûte de ma féminité.

Chardra est en République Dominicaine, partie les valises pleins de médicaments pour les enfants malades, Esha soigne sa soif de vie avec son guérisseur, et moi, je me réveille après deux ans de coma confiant mon coeur à une réanimation imminente.