Joyeux Anniversaire Esha!

29 11 2007

Happy Birthday Esha

Publicités




Just another infatuation… Par Splendindira

21 11 2007

Dmitry Popov


C’était si simple avant, lorsque mes exigences s’arrêtaient à un joli regard, un nez aquilin un peu de style et quelques grammes de rhétorique. Je suis devenue exigeante et cela m’ennuie.

Je m’ennuie lorsqu’ils me parlent tous d’immobilier, de prix du mètre carré au triangle d’or, de la première cotation de la SNEP dont ils ont acheté 4 actions moins le quart, ou enfin lorsqu’ils tentent de m’impressionner parce qu’ils ont découvert que la Hublot est était terriblement tendance… Je me lasse lorsqu’ils me parlent de leur dernier week-end à « RAK », ou leurs séjours charter à Barcelone, de leur shopping à Milan ou de leur foire à Honk-Kong.

Ils cherchent désespérément à trouver la faille, ma brèche, l’ouverture qui pourrait me faire vibrer. Pourtant c’est si simple, il n’y a rien de compliqué, ils s’y prennent mal tout simplement… Ils ne comprennent pas pourquoi je filtre mes appels et que je ne les trouve pas à mon goût.

Ils ne sont pas curieux de savoir ce qui me « botte », me plaît, me retourne d’émoi, ou me fait pâlir d’émotion.

Certains, aguerris par les quelques rares filles complexes de la ville, vont jusqu’à essayer de me parler de mon métier, qu’ils connaissent mal, me sortant moults clichés stupides et jeux-de-mots réchauffés. Pour ne pas les froisser, je souris, comme si j’entendais ces niaiseries pour la première fois.

Je ne parle pas de ceux, qui voient en moi un nom, une carte de visite, un patrimoine, comme l’autre abruti qui m’a présenté son ami en le poussant à deux bras et en lui glissant maladroitement dans l’oreille : »si tu arrives à la coincer, c’est l’un des meilleurs partis de la ville ». Tssss il aurait pu demander sa com’ pendant qu’il y est.

Pathétique.

Je cherche les esprits fins, la vivacité, le regard intelligent pénétrant et retournant, je guette les gestes assurés par l’expérience, rassurants de prévisibilité, et enivrant d’imprévision. Sous ma superbe carapace, j’attends d’entendre quelques phrases simples et recherchées à la fois, des mots enveloppant d’affection naissante, de l’humour, quelques habitudes qui se perdent dans les dédales des relations fast-food où il n’y a plus de place à l’alchimie.

SPSI…

Stimulation physique + Stimulation intellectuelle





Do you 6PM?

18 11 2007

6PM6 PM

 Fleuron de la Nightlife casablancaise depuis près de 7 mois, le « Six » pour les intimes est un endroit cossu, empruntant les mêmes standards qu’un bar du Plaza Athéné et allant jusqu’à reprendre les mêmes cocktails aux doux noms évocateurs. A « l’élégance moderne« , au style high-tech surfant sur la vague « design chic » du moment, le bar redore le blason des « lieux d’hôtels » casablancais, trop longtemps taxés de nids à prostituées. Le service s’est beaucoup amelioré ces derniers mois, les serveuses sont souriantes et agréables et la musique est absolutely fabulous, quoique un peu forte. Comme son nom l’indique le « six » est un after work qui démarre tôt et ferme vers une heure du matin. Le soir idéal? Le jeudi, de préférence lors des soirées Moët plus hype que d’habitude. 

On aime pour la déco glamour, les fractales, les images ou les extraits de vieux Chaplin diffusés sur les rideaux opulents, et pour les « amuse bouche » en cas de petit creux.

On aime moins pour le « faux beau monde », qui s’y exhibe parfois.

Adresse du Six PM: Hotel HYATT REGENCY  Place Des Nations Unies, CASABLANCA Tél. : +212 22 66 66 66





Casanayda et Movida à l’IFC

7 11 2007

Crédits image : http://www.boulevard.ma/

Vous ne savez pas quoi faire demain soir? Je vous suggère d’aller voir le documentaire de Dominique Caubet et Farida Belyazid, « Casanayda« .

Ce documentaire veut témoigner du bouillonnement culturel et sociétal au Maroc en ce début de 3ème millénaire, qualifié de « movida » dans la presse nationale et internationale, qui a fini par prendre le nom de Nayda depuis le début 2007.
Casa Nayda, c’est Casa (et le Maroc) qui bougent…
En dehors de l’émergence de la nouvelle scène musicale marocaine, on s’aperçoit que le phénomène n’est pas seulement artistique, mais qu’il s’agit bien de tout un véritable mouvement culturel qui remue une partie de la société marocaine.A travers la musique, la presse, la revalorisation de leur langue, l’arabe marocain, l’emploi des nouvelles technologies et une créativité en pleine ébullition, nous vous proposons un documentaire rendant compte de l’effervescence de cette jeunesse en action, mais aussi des difficultés qu’elle peut rencontrer en chemin.

L’idée est de montrer ce Maroc qui bouge ! (Source : IFC)

Où? Institut Français de Casablanca 121, boulevard Zerktouni, Tél : 022 779 870, Fax : 022 779 871
info@institut-francais-casa.org  

Quand? Jeudi 8 novembre 2007 à 20 heures 30.