ASSUREMENT … Par Eshadesyr

23 03 2007

Je mets mes mains dans les tiennes, elles me serrent, me retiennent, m’implorent de ne pas m’en aller, de rester, rester près de toi, de ne pas te laisser tomber dans le gouffre, ce gouffre si obscure, si irréel de noirceur et de souffrance.

Pourquoi moi ? qu’ai je fait pour que tu me choisisses ? que tu m’accordes cette confiance si précieuse ? t’ai je laisser supposer certaines choses ? ASSUREMENT.

Non, je ne suis pas à la hauteur, je n’ai plus rien a donner, plus rien a offrir, plus rien à embellir autour de toi. pourtant, tu m’affirme le contraire …. est-ce une nouvelle chance qui s’offre a moi que je ne saurais pas encore saisir ? ASSUREMENT.

Pour le moment, je veux voler, voler aussi loin que mon ombre, ce n’est pas possible ? ASSUREMENT.

Tu me touches, me troubles, m’émeut, ce n’est pas une impression mais une réalité cruelle ? ASSUREMENT.

Chaque jour qui s’élève et chaque nuit qui se replie, je ne me pose pas de questions, j’avance …. sans scrupules ? ASSUREMENT.

Mon histoire est elle évidente ? ASSUREMENT.

Ma générosité m’a rongé, elle a fait de moi cet être, qui ne se reconnaît plus devant ce miroir. Miroir ? suis je la plus douce ? la plus entière ? la plus sentimentale ? la plus mélancolique ? ASSUREMENT.

Mais alors, pourquoi ai je l’impression de ne rien faire pour … ? suis je morte avec cette relation qui a arraché mes entrailles et mon coeur par la même occasion ? ASSUREMENT.

Mais moi, Eshadesyr, cette jeune femme si amoureuse de par le passé, cette jeune femme sans peur et sans regrets … suis-je encore en vie ? ASSUREMENT.

L’espoir m’inonde t -il de nouveau ? ASSUREMENT.

Est ce une introspection ? ASSUREMENT.

Est-ce réussi ?

Publicités




D’amour ou d’Amitié ? Par Chardrakanta

22 03 2007

Je vis une relation secrète depuis un bout de temps, et pourtant jamais je n’ai voulu garder les jolies histoires pour moi… cette fois ci, j’ai le sentiment de la préserver, de protéger la naissance de cette chose.
Jai toujours été convaincue qu’une Stella me protége, et de nouveau j’en ai la confirmation..
Moi qui évolue dans plusieurs souffrances parallèles, le bon dieu ma envoyé cette lumière qui m’éclaire et adoucit mes jours et mes nuits.
Une lumière virtuelle que je traîne depuis la chine, que j’ai rallumé pendant mon escale a Dubaï, et qui ne veut plus s’éteindre à casablanca.
C’est grave docteur ?
Non, car je pense gérer, car je suis moi-même, car en quelques conversations msn(je t’aime), la lumière a envahie mon esprit, je suis transparente, je dis tout, je ris et je pleure… en face, je retrouve une générosité des mots, bavard à souhait, marrant, touchant, énervant… les sociologues se sont penchés sur ces relations virtuelles, mais je veux en faire ma propre analyse, enfin j’essaye.. car ressentir les papillons au ventre juste en lisant une phrase à l’écran, m’énerver comme si j’avais la personne en face, sourire comme une conne un nain de jardin, devant un écran… me rend folle… puis le sentiment de manque qui s’éveille.. je m’attache a cette lumière, je ne veux plus rester dans le noir.
La gestion devient facile car a priori je suis amoureuse dans la vraie vie, bien que mon histoire est arrivé a bon port comprenez la fin, mais j’hésite entre une histoire d’amour ou d’amitié, je ne sais pas, je ne sais plus, je ne suis pourtant pas perdue, car je suis moi-même, et en face j’ai la clair impression que c’est authentique… on se dit qu’on se ressent, on se comprend, une personne qui débarque dans ma vie, je m’accapare de sa voix, me touche avec ses mots, me fait retrouver ma joie de vivre, me fait rêver en me parlant de Yuanfen… Je ne veux plus en dire plus, Yuanfen est une si jolie notion… je veux encore la garder que pour moi, histoire de, faire durer le rêve…





LE MEILLEUR EST àVENIR … Par Eshadesyr

20 03 2007

Je monte les escaliers …. lascivement, voulant donner l’illusion d’une assurance, une assurance que je n’ai pas mais après laquelle je cours sans arrêt tel un mirage se profilant à l’horizon, chaque marche me semble durer des minutes … de longues minutes … il y a ce couple, qui me dévisage, leur insistance est à la hauteur de l’ennui qui émane de leur couple, un couple sans surprise, sans couleurs, sans lumière …. je m’assieds … enfin !

Leur regard se fait de plus en plus insistant … de plus en plus intrusif, je suis toute nue face à ce couple, j’allume ma cigarette sensuellement, lentement, avec provocation, la jeune femme détourne son regard de moi, enfin . Elle a trouvé une nouvelle préoccupation, son homme … il m’observe un peu trop à son goût cela lui déplaît, plus rien ne compte pour moi, car  » IL » vient d’arriver, il est là .

« IL » s’approche, nos regards se croisent sans se décroiser, sans se quitter, plus rien n’existe autour, même plus ce couple qui ne fait plus que s’entrevoir par peur de découvrir le vide qui se cache en chacun des deux….  » IL » s’approche de moi, je me lève, lui fait une bise, il me prend dans ses bras et ne me lâche plus, je suis bien dans ses bras protecteurs, je me sens en sécurité et « IL » est soulagé, comme débarrassé d’un poids, son odeur m’envahit, m’enivre, je le respire …. je m’imprègne de lui, plus rien ne compte.

« IL » me regarde, je le regarde, nous nous criblons du regard, ma respiration se fait de plus en plus chaude, de plus en plus saccadée.

« IL » me frôle, sa main me frôle, tout son être me frôle, une longue discussion s’enchaîne, sans bruit, sans parole, mais elle s’enchaîne … « IL » m’a manqué, sur le moment en tout cas, une musique sensuelle enveloppe la salle de chaleur, d’envie, de désirs, nos coeurs se mettent à battre, « IL » me parle, mais je ne l’écoute plus, « IL » me caresse, ma peau en est toute moite, mes lèvres sont sèches, je les mouillent d’un coup de langue félin, ça ne suffit pas.

Cette attente insupportablement délicieuse me fait découvrir ce coté en moi que je ne connaissais pas avant …. j’ai envie de sa peau contre la mienne, de ses mains expertes sur mon corps affolé, de le sentir durcir dans ma bouche, d’observer son regard troublé mi enfant-mi bourreau, de me sentir soumise, de me laisser guider sur sa verge impératrice et de sentir, enfin, la vie émerger entièrement en moi… !

C’est à ce moment que « IL » me dit :  » Et si on y allait … ? » et que que je réalise que, LE MEILLEUR EST àVENIR .





Les Mardis au soleil… Par Chardrakanta

20 03 2007

Chardrakanta & Ilona

Je profite de mes jours de repos pour faire mon spring cleaning, à moi mes jolies sandales, tongs et jupes à volants…
A moi le vidage de sacs et à moi les belles surprises… Le Gloss Chanel oublié depuis 8 mois, et mon Terraccota qui est devenue poudre incompacte.
Mais soit, au moins ils me sont fidèles… je lutte contre un comportement aigri et je crois encore en l’amour, demain c’est le printemps…à moi les papillons et les abeilles qui butineront encore et encore.

Pourtant n’est-ce pas la plus belle période pour les rencontres, à quoi me sert un mec collection printemps–été dans ma vie, qui irait parfaitement avec mes Jimmy Choo vert anis ???
Sera-t-il fidèle ? ou maintenant que j’y pense, n’était-elle pas la pire période de l’année, où toutes les casablancaises sont jeunes et jolies, le pire c’est qu’ a priori elles se confondent toutes, everybody say I love you, et tout le monde sait dire  « dans les yeux! » avant de trinquer, tout le monde boit (des smirnoff ice, beurk, c’est comme ça que je les reconnais), ça me stresse, même dans les quelques endroits huppés, elles sont là. c’est la raison pour laquelle j’aime les ambiances putannesques de type Balcon 33! au moins c’est clair.
J’ai peur, je flippe, je sors ma carte, histoire de marquer le « c’est pas la même chose » je l’ai souvent dans le cul, car merde, même avec un gentleman, ça fait toujours plaisir de se faire inviter… je dis au moins il saura que je suis une fille bien, qui ne cherche pas à téter ses dirhams, il comprendra que ce que je veux c’est seulement de l’amouuuuur.
Mais il ne comprendra pas, et il ne rappelera pas… on m’a souvent dit que faire la belle, ne mène a nulle part, que l’homme doit se sentir Homme.
Conseil aux Femmes : allez aux toilettes quand l’addition arrive, c’est ptét un moyen de le revoir…





Répondra ? Répondra pas ? Par Chardrakanta

20 03 2007

L’attente latente, celle qu’on déteste toutes, celle qui nous ronge et nous occupe.
A qui le tour ? Apres le mail envoyé a ma lune, chargé d’amour, j’attends.
Un long dimanche de Mars, ou même le soleil a fait sa grasse mat, devant nos salades et des pennes aux « quatre fromages… Kiri », mmmh c’est bon la vie!

Nos lunettes de soleil, cachent bien la misère dans nos yeux, un dimanche sans mec, notre déesse Eshadesyr a reçu un revers, elle qui voulait changer ce mec, en the Man man,un peu moins disponible, elle qui prétend revivre, et surtout pas amoureuse, se retrouve face à une métamorphose de son homme, lui ne répond plus a ses sms, ni a ses coups de fils… elle flippe, nous flippons, elle est amoureuuuuuuuuuse !
Enfin ! Fin de la phase destructive post ex relation , elle est heureuse, elle revis car elle souffre…
fatiguées par le beau soleil un peu trop excité, on va s’allonger à la maison, devant nos Biba, Glamour, et Vogue, et pendant que déesse Eshadesyr se prend la tête a trouver la phrase la plus destructrice pour l’envoyer a son chéri, les deux autres s’excitent sur la sandale de l’été, de Marc Jacobs, une merveille..
On se met finalement a trois pour répondre aux SMS, un plan de café se dessine a l’horizon avec le sosie d’Enrique iglesias sans le grain de beauté, mais avec un grain de plus dans le cerveau.

Une beauté, et c’est parti. La pression du dimanche monte, Splendindira, se tâte encore a appeler sa target, elle Attendra 20H30, histoire que ca fasse décontractée, ça sonne mais Jules ne réponds pas. Elle attend…

Je finis par me retrouver vers 19H devant une bouteille de rosé à la plage, on a eu droit a une orgie musicale 100% Johnny, Serge, le maitre des lieux est bourré… devant moi un couple danse sur du Barbara, mal enregistré, tellement fort, tellement beau, ca se galoche a dar bouazza, tout le monde les regarde avec un sourire admiratif, car bientôt ils seront trois…





Je revis ! Par Eshadesyr

17 03 2007

Les hommes, les femmes, une longue histoire d’amour, une longue histoire de conflits, de compromis, de déceptions, d’égoïsme, de vengeance, de sous entendus, d’attraction, d’érection, de vaginisme, de pannes, de mensonges, d’incompréhensions, d’interrogations, mais de quoi encore ?! quel est l’équilibre parfait ? le moment opportun? l’entente suprême? Tout ceci, existe il vraiment ? ou est ce un leurre inventé de toute pièce par l’être humain afin de faire naître l’espoir, de donner l’envie d’avoir envie, de se lever chaque jour, de vouloir avancer, avancer dans quoi ? pourquoi? pour qui ? Aujourd’hui, je suis perdue, je ne sais plus trop ………. L’homme , le seul, en qui je croyais depuis quelques temps, quelques jours, quelques mois, ma déçu, me dirait vous , mes chères amies ….. ah bon ? ce n’est pas nouveau ça 🙂

ben oui , ce n’est pas nouveau, mais dans quel monde vivons nous ? un monde ou l’on ne croit plus en rien, plus en l’autre, plus en nous même parfois, est ce vraiment ça la vie ? est ce vraiment dans cet univers que nous voudrions voir nos enfants grandir ? un monde de perversions (mentales), un monde où le mensonge est Roi, ou la naïveté et l’innocence sont classées « has been », un monde ou l’on ne peut plus être soit même, se lâcher même un instant, même une seconde sans avoir à le payer cher, très cher ……….

Je dis Stop aujourd’hui, je met le hola ! Je me proclame Reine ! Reine d’un monde ou nous serions toutes et tous les Reines et les Rois de notre propre univers , un univers ou nous ne devrions plus faire semblant, un univers où la pression ne viendrait pas gâcher les rares moments de tendresse, d’intimité, de vie que nous recherchons inlassablement, à tout prix, à n’importe quel prix, au prix de notre équilibre, de notre personnalité, de notre être, de nous même surtout.

Oui, tu m’as déçu, oui, tu m’a fait faire un pas en arrière, un nouveau pas de centaines de mètres, un pas qui coûte cher, le pas de trop, celui qui ne s’efface pas tel une trace de pied laissée sur le sable, mais plutôt tel une trace de pied laissé sur du béton prêt à sécher à tout jamais, celle sur laquelle on revient, encore et encore, qu’on ne peut pas oublier, celle qui te rappelle à tout jamais tes actes passés, celle qui ne se laisse pas enfouir au fin fond de ton subconscient, pourquoi? pourquoi moi? pourquoi toi ? pourquoi ça ? A t on vraiment mérité tout cela ? pourquoi avoir salit ce qu’il y avait de plus beau en nous? de plus léger ? de plus innocent ? Pourquoi ce besoin de perversion si commun ? si courant ?

Tu m’écris en t’excusant comme si s’excuser était le début du pardon …. mais le début de quoi ? d’un pardon consentant ou un pardon consentit?
Les hommes, parfois ( souvent même) font des erreurs, d’une rare naïveté, faut il tout pardonner au nom de cette naïveté? je ne sais plus trop………. c’est drôle, au moment ou je vous écris ces lignes, Elodie Freger me chante la manière dont elle dit non à tout jamais à son bourreau, son amant, son amour …… est ce un signe ? sûrement, je crois beaucoup aux signes.

Ce soir, je n’ai de conseils à donner à aucune d’entre vous, aucune morale à retenir de tout cela, seulement une expérience, encore une …… et beaucoup d’amertume et de douleur. Ouf….. cet homme m’aura au moins réapprit quelque chose, je souffre de nouveau, je suis de nouveau un être humain capable de ressentir de la peine et de la douleur, de pleurer, de me sentir vulnérable, d’aimer, Cette anesthésie quasi constante qui ne me quittait plus depuis quelques mois, s’est enfin envolée, c’est merveilleux, comme quoi, la vie peut être un paradis même dans les moments les plus douloureux.





Le G Sound… Par Splendindira

10 03 2007

G SOUND

Nouveau haut lieu de la branchitude casablancaise, le G SOUND, au nom provocateur pour les esprits tordus comme les notres, est un restaurant-bar-lounge à la déco sympa et aux coktails désaltérants (vive le Melon Ball!).
Dès l’entrée, le ton est donné, traverser le restaurant où les personnes attablées semblent s’ennuyer tellement ils dévisagent ceux qui rentrent, se garer en troisième position face au bar, et attendre patiemment qu’une brèche se fasse pour se commander un verre.
Le DJ y passe de la très bonne musique, surtout le mardi Soirée Disco (meilleure soirée de la semaine), mais malheureusement au G SOUND, personne n’ose danser, sauf moi! Au mieux, les demoiselles vont légèrement se mouvoir!
L’ambiance? c’est généralement en semaine, qu’il y a la meilleure ambiance, en we, c’est quasi impossible et la clientèle n’est plus la même, moins « IN » et plus « prolo » ce qui est assez rédhibitoire.
Aller au G SOUND c’est VOIR ET ETRE VU, mais c’est la règle du jeu, personne ne critiquera, puisque tout le monde est là pour ca…
Lieu de rencontre par excellence, il a au moins le mérite de permettre aux gens de se parler un peu en soirée, chose qui ne se faisait plus depuis que la HOUSE a investi les boîtes.